logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/11/2013

La palme pour Plonger

Le Grand Prix du roman de l' Académie française 2013 a été attribué à Christophe Ono-dit-Biot pour Plonger (1), une enquête sur la trajectoire d'une femme solaire.

title[1].jpg

Agrégé de lettres et journaliste, -directeur adjoint de la rédaction du Point, Christophe Ono-dit-Biot, réunit culture classique et sensibilité contemporaine. Cela produit un talent qui a tout pour plaire. En lui attribuant son Grand prix du roman, l'Académie française confirme que cet écrivain de 39 ans tient ses promesses.  

Plonger suit le récit d'un jeune père, César, qui raconte à son fils quelle femme était sa mère, retrouvée morte sur une plage. Pour tenter de lui dire toute la vérité sur cette femme, César tente lui-même de comprendre cet amour qui les emporta, les étourdit et les consumma. Rien, en effet, ne semblait devoir lier César, ce journaliste revenu de tout excepté des marbres antiques et des vestiges de la vieille Europe, et Paz, photographe espagnole ayant le goût du risque et des grands fonds marins. Rien, si ce n'est cet enfant, né de la rencontre entre ces deux caractères opposés mais féconds. Parfois, la vérité jaillit lorsque l'enfant paraît.  

Académique et tourmenté, classique et émancipé, libre et détaché, imaginatif et structuré, Christophe Ono-dit-Biot, incarne ces tensions qui font vibrer une oeuvre romanesque. 

 (1) Plonger, Ed. Gallimard, 441p, 21€  

25/09/2013

Billie, un conte des cités

 Depuis "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" jusqu'à ce Billie en passant par Ensemble, c'est tout, Anna Gavalda persiste à nous raconter des histoires d'espoir. On aimerait y croire...

 9782842637903[1].jpgNe vous fiez pas à la couverture. Billie n'est pas cet ânon gambadant dans  une verte prairie. La dénommée Billie est une adolescente en souffrance dans une cité sauvage. Mais cette tête de mule en pince pour Franck, un garçon de sa classe de 3ème, un doux rêveur, une sorte d'exception culturelle qui pratique la lecture et aime la poésie. Leur famille, disons la ménagerie domestique  qui en tient lieu, ne sont pas du même bord mais dévaste leurs enfants avec la même endurance dans la bêtise et la violence. Par la grâce d'une prof de français qui les réunit pour jouer une scène de On ne badine pas avec l'amour, Franck et Billie vont travailler ensemble. Ainsi naîtra une amitié forte et farouche, consolante, salvatrice. Toutefois, -conte oblige-, bien des obstacles se dresseront sur la route de leur renaissance.

Lire la suite

17/07/2013

Une vie de noces

Aux obsèques de sa mère, Paul rencontre sa tante Alice. Pendant une semaine, cette charmante étourdie de 73 ans va lui raconter les hommes de sa vie. Pour notre bonheur conjugal ou pas, Francis Dannemark en fait toute une histoire.

41PPSU1w0KL._SY445_[1].jpg

Histoire d'Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un): Le long titre de ce roman en dit assez pour évoquer l'ambiance et donner envie d'en savoir davantage. Emancipée, curieuse, gourmande, Alice aurait tout pour être heureuse si elle ne souffrait d'une faiblesse chronique: elle ne sait pas dire non au mariage. Ce oui compulsif est aggravé par la brièveté ses mariages due à la mort subite de chaque homme de sa vie.

Charmante, intelligente mais étourdie, Alice, sèche ses deuils grâce à un persévérance amoureuse à toute épreuve. C'est ainsi qu'en cinquante ans d'alliances plurielles, cette "serial lover" aura fait la noce pas moins de huit fois. C'est dire le goût du risque des uns et l'optimisme de l'autre. Chacun des ses époux successifs lui aura fait découvrir qui, un pays, qui, un continent, celui-là un métier, cet autre une forme de joie de vivre... et tous un art d'aimer. Au cours de thés gourmands et de repas aussi savoureux et variés que feux ses maris, Alice va raconter ce feuilleton conjugal à son neveu Paul qui n'en perd pas une miette. Et pour cause: Alice lui a demandé d'écrire sa vie de noces. Résultat: un roman cocasse, parfumé au sherry plutôt qu'à l'eau de rose. Francis Dannemark a inventé l'antidote à la morosité, un roman qui déride. Même les veuves inconsolables.

Ed. Robert Laffont, 192p, 14€

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique