logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/05/2013

Rimes et châtiments. Exposition Hugo politique.

La Maison de Victor Hugo à Paris présente juqu'au 23 août Hugo politique, une passionnante exposition qui parcourt les engagements de notre écrivain nationale à l'esprit visionnaire et à la plume éloquente.

 

87024-hugo-politique-a-la-maison-de-victor-hugo[1].jpg

 

Après la visite de l'exposition Hugo Politique, nos débateurs, orateurs, imitateurs, chroniqueurs, polémistes officiels et autres "guignols de l'info et usage d'infos, semblent fades, frileux et timorés. Cette exposition est un festival d'indignations mais aussi, et c'est le plus surprenant, de visions politiques prophétiques. Illustrée de documents, de portraits, de tableaux historiques, de livres, de lettres et manusrits, d'estampes, de dessins et de caricatures, Hugo politique retrace les engagements  du citoyen  Hugo (1802-1885) et donne aussi une grande leçon d'histoire. Pair de France sous la Monarchie de Juillet, exilé sous le Second Empire, député sous la IIème République, sénateur à la fin de sa vie, Victor Hugo -le "grand-père turbulent"- est le cartographe de la France du XIXème siècle, il la dessine et en écrit la légende.

 

128658_victor-hugo-et-la-politique-paris-2[1].jpg

 

 

La politique, Victor Hugo tombe dedans dès sa naissance. Rappelez-vous: "Ce siècle avait deux ans! Rome remplaçait Sparte/ Déja Napoléon perçait sous Bonaparte" . Toute sa vie, il n'aura de cesse de lutter pour la tolérance, l'instruction gratuite et obligatoire,  la liberté d'expression, contre la peine de mort, les droits des femmes, le rapprochement des deux rives du Rhin, les Etats-Unis d'Euope. Toute son oeuvre 'inscrit le combat pour la morale politique dans l'histoire.

Petit florilège:

HUGO0[1].jpg

 

Sur les femmes: "Dans la civilistion actuelle, il y a une esclave. La loi a des euphémismes, ce que j'appelle une esclave, elle l'appelle une mineure. Cette mineure selon la loi, cette esclave selon la réalité, c'est la femme. Il y a des citoyens, il n'y a pas de citoyennes. C'est là un état violent; il faut  qu'il cesse."

Sur la peine de mort: "L'échafaud est un crime permanent. C'est le plus insolent des outrages à la dignité humaine, à la civilisation, au progrès".

 

Sur la monnaie unique: "Une monnaie continentale à double base métallique et fiduciaire ayant  pour point d'appui le capital Europe tout entier et pour moteur l'activité libre de deux cents millions d'hommes, cette monnaie, une, remplacerait et résorberait toutes les absurdes variétés monétaires d'aujourd'hui".

Sur l'Europe: "Je voudrais signer ma vie par un grand acte, et mourir. Ainsi la fondation des Etats-Unis d'Europe".

 

Et enfin sur Napoléon III (Les Châtiments, 1853)

"Donc c'est fait. Dût rugir de honte le canon,

Te voilà, nain immonde, accroupi sur ce nom!

Toi qui n'a jamais pris la fortune qu'à l'heure,

Te voilà presque assis sur ce hautain sommet!"

 

Chacun reconnaîtra les siens...

(1). Maison de Victor Hugo, 6, place des Vosges, 75004. Tel: 01 42 72 10 16. Fermeture le lundi.

 

15/04/2013

A la rencontre de Jacqueline de Romilly

 

Née en 1913, championne  de  culture Grecque, combattante de la démocratie et des valeurs civiques, Jacqueline de Romilly, aurait eu 100 ans le 26 mars. La sortie le 10 avril de Une Rencontre, un roman inédit, confirme que  l’académicienne est bel et bien immortelle.

 

 

jdr444[1].jpgJacqueline de Romilly est née à Chartres le 26 mars 1913. Elle a moins d’un an quand son père, Maxime David, normalien, professeur de philosophie, est tué au champ d’honneur. Sa mère, Jeanne Malvoisin, devenue écrivain après la guerre,  l’élèvera seule.

Studieuse et douée, Jacqueline fait ses études au lycée Molière à Paris. En 1930, pour défier « les males forts en thèmes », elle décroche le premier prix de latin au concours général et le deuxième en grec. Sur sa lancée, à 20 ans, Jacqueline David entre à l’Ecole normale supérieure (ENS). Elle en sortira agrégée de lettres en 1936. Mais l’Occupation met un coup d’arrêt à sa vocation : du fait de l’origine juive de son père, le régime de Vichy lui interdit d’enseigner. D’autant plus que Jacqueline a aggravé son cas en épousant en 1940, Michel Worms de Romilly, éditeur aux Belles Lettres, lui-même d’origine juive.  Cela n’empêchera pas la jeune mariée de demander, la même année, le baptême catholique.

 

 

romilly[1].jpg

 

Championne olympique

 

A la Libération, Jacqueline de Romilly reprend le flambeau olympique. Professeur  à l’université de Lille, elle est nommée à la Sorbonne en 1957. En 1973, elle obtient la chaire de la Grèce Antique au Collège de France. Une première pour une femme! Dès lors, sa renommée de spécialiste de la Grèce ancienne va se doubler d’un engagement en faveur de l’enseignement de la culture classique et, suite logique des choses, de ses valeurs humanistes et démocratiques. Jacqueline de Romilly n’aura de cesse de transmettre la leçon de Périclès, Thucydide, Euripide, Phidias  ces maîtres d’un art de vivre crée il y a 2500 ans: raison, sens critique, sagesse, amour du beau, justice.

 

 

Une leçon de bonheur

 

A partir de 1968, l’universitaire se manifeste. Elle lutte pour la défense et la réforme de l’école. L’enseignement en détresse, Dans le jardin des mots, Pour l’amour du grec, alertent l’opinion. Mais ce qui frappe le public c’est son aptitude au bonheur. « Il n'est pas donné à tout le monde, écrit-elle,  d'accepter sans inquiétude cette réalité si surprenante que constitue le bonheur ».

En 1988, Jacqueline de Romilly est élue à l’Académie française. La coupole lui servira de tribune. Elle redouble ses appels pour la transmission du latin et du grec au lycée. Elle se bat pour les humanités et le renouveau des valeurs civiques.

 

 

Le goût de la solitude

 

En dépit de ses activités, depuis la mort de sa mère, Jacqueline de Romilly vit seule.  Mais une solitude heureuse. «La solitude, dira-t-elle, on peut aussi l'appeler liberté : il faut seulement, comme pour la liberté en général, savoir la vivre et en vivre ». C’est alors, qu’à l’ombre de la montagne Sainte-Victoire, où elle mourra le 18 décembre 2010, elle va se permettre des textes plus intimes et aussi plus accessibles: Jeanne, Les Roses de la solitude, Ce que je crois. Des livres, qui, à sa demande, seront édités après sa mort. Dans cette ultime quête c’est encore sa mère qui l’inspire, elle qui «croyait que nos exigences morales ont un sens ; elle qui croyait aussi que quelque chose subsiste après la mort, quelque chose à base d'amour. » Cet amour, Jacqueline de Romilly l'avait fait revivre dans un roman, Rencontre, une des ces livres que par pudeur, elle s'interdit de publier de son vivant. Il nous arrive aujourd'hui comme un ultime rendez-vous.

 

 

le-nom-du-college-jacqueline-de-romilly,478,image1,fr1232570221[1].jpg

 

 

04/04/2013

Faire "Escale" à Bordeaux

La 11e édition du festival de création littéraire L'Escale du livre se tiendra à Bordeaux du 5 au 7 avril. Au programme: rencontres, lectures, débats, expositions autour de la création romanesque et de la bande dessinée.

EDL VISUEL 2013.jpg

Lire la suite

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique