logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/01/2013

Wonder, monstre et merveille

wonder_2147363b[1].jpgPremier roman de l’américaine R. J. Palacio, Wonder, merveille en français, raconte l’histoire d’un garçon d’une laideur repoussante. Sa façon de vivre, et de surmonter cette épreuve nous en apprend de belles et nous émerveille.


RJ-Palacio-008[1].jpg   August Pullman, 10 ans, est tout sauf wonder, tout sauf une merveille. Ce garçon ne ressemble à rien.  Avec la tête qu’il a, mieux vaudrait passer inaperçu. Ce n’est pas le cas, bien au contraire. Dans la rue, les gens se détournent de lui; sur son passage, ils écartent leurs enfants avec répulsion. August est atteint du syndrome de Treacher Collins, une malformation congénitale du développement cranofacial. Il est né défiguré. Difficile de s’en faire une idée, sauf à imaginer une tête de tortue cabossée.

Aussi l'auteur, R. J. Palacio, a-t-elle préféré lui laisser la parole: "Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire", écrit-il. Lucide et drôle, il reconnaît : "Je ne suis pas un garçon de 10 ans ordinaire, c’est certain. Oh, bien sûr, je fais des choses ordinaires. Je mange des glaces. Je fais du vélo. Je joue au ballon. (…) Et puis je me sens normal. Au-dedans. N’empêche, quand un enfant ordinaire entre dans un square, les autres enfants ordinaires ne s’enfuient pas en hurlant (…) Voila mon idée: la seule raison pour laquelle je ne suis pas ordinaire, c’est que les autres me voient comme ça…"  Arrive le jour où August doit aller à l’école. Une épreuve redoutée.

Pendant 400 pages d’une liberté, d’une sensibilité et d’un humour peu ordinaires, August va raconter sa peur du regard de ceux qui ont peur de lui, comment il l’affronte, comment il la surmonte. Une fois ce livre refermé, une question s’impose: August est-il un cas particulier ? Sa vision décalée du monde perce nos mœurs et nos préjugés.

Ce premier roman, qui parlera aux ados comme aux adultes, n'est ni angélique ni pathétique. R. J. Palacio ne bluffe pas. Nulle esbroufe dans ce récit. Wonder nous plaît parce qu'il est loyal. Sa sincérité et sa franchise permettent d'éclairer et de dénouer une situation complexe sans la réduire à un conte moral. Nous ne le lisons pas comme des bêtes curieuses. Wonder nous saisit; de lecteurs, il nous transforme en témoins et de témoins en acteurs. Par un formidable retournement de situation, le regard d’August nous tend un miroir. August, cet autre et ce frère nous en dit beaucoup sur lui ,et plus encore sur nous-même.

Wonder, de R. J.Palacio (traduit par Juliette Lê) Ed. Presse  Pocket Jeunesse et Fleuve Noir, 416 p, 17,90€.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique