logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/11/2013

Distribution des prix

La saison des prix littéraires bat son plein. Le Goncourt, le Renaudot et le Prix Décembre viennent d'être attribués. Présentation de ce tiercé.

Le monde littéraire reste très scolaire. Il est même bien plus conservateur que  celui de l' Education nationale. Lui, en effet, conserve la cérémonie de la distribution des prix. Les écrivains -et/ou leurs éditeurs, se conduisent en bons élèves qui remettent leurs copies dans l'espoir d'une reconnaissance ou d'une mention. La moisson a lieu en automne, saison qui compte plus de feuilles mortes que lauriers. Pourtant tous les espoirs sont permis. Avec plus de 3000 prix recensés en France, c'est bien le diable si l'auteur ne décroche pas une cocarde décernée par une des réunions littéraires. 

Le Prix Goncourt (1) représente l'excellence. Il a été décerné cette année à Pierre Lemaitre pour Au revoir là-haut (Ed.Albin Michel). Le succès d'un roman étant souvent dû à la concordance des temps et des sensibilités, celui-là avait tout pour plaire: une histoire qui commence en novembre 1918, une écriture maitrisée, des personnages charpentés, des bons, des méchants. L'aventure raconte la tentative de deux copains de régiments cabossés corps et âme pour tenter de survivre dans un pays qui glorifie davantage les morts que les survivants. Après avoir échappé à l'horreur, certains en font leurs fonds de commerce. Mais là encore, les troupiers et les gradés ne jouent pas à armes égales. Pierre Lemaitre, jusque-là auteur de romans policiers, transforme ces macabres affaires en une fresque à la fois réaliste et apocalyptique. De la première à la dernière ligne, ce prix Goncourt mobilise le lecteur. Le retour ici-bas demande quelques instants de silence.

 Le Prix Renaudot a été décerné à Yann Moix pour Naissance (Ed. Grasset). Ce roman en impose. Avant tout,  par son volume: plus de 1000 pages pour raconter, à la première personne, les dégats directs et les effets colatéraux provoqués par la naissance dans une famille catholique, d'un petit garçon circoncis. Cette absence de prépuce entraine une série de consultations désopilantes chez le médecin, le rabin, le curé. Pourtant l'affaire est grave. Visiblement cet enfant a l'esprit de famille. A son papa biologique, il préfèra un père spirituel. Pour ma part, je salue l'exploit de l'auteur. Et plus encore la performance des lecteurs. 

Quant à ceux qui évitent les livres en surcharges pondérales, ils se réjouiront de l'attribution du Prix décembre à Maël Renouard auteur de La Réforme de l'opéra de Pékin (Ed Payot/Rivages). En 76 pages, Maël règle son compte à Mao et à son terrorisme lyrique. Un  bref chef-d'oeuvre édité directement en poche. De quoi faire pâlir le petit livre rouge.

 (1) Pour tout savoir sur le Prix Goncourt, rien de tel que le livre de Pierre Assouline: Du côté de chez Drouant. Cent dix ans de vie littéraire chez les Goncourt. (Ed. Gallimard/France Culture, 212p, 16,90€) 

05/11/2013

La palme pour Plonger

Le Grand Prix du roman de l' Académie française 2013 a été attribué à Christophe Ono-dit-Biot pour Plonger (1), une enquête sur la trajectoire d'une femme solaire.

title[1].jpg

Agrégé de lettres et journaliste, -directeur adjoint de la rédaction du Point, Christophe Ono-dit-Biot, réunit culture classique et sensibilité contemporaine. Cela produit un talent qui a tout pour plaire. En lui attribuant son Grand prix du roman, l'Académie française confirme que cet écrivain de 39 ans tient ses promesses.  

Plonger suit le récit d'un jeune père, César, qui raconte à son fils quelle femme était sa mère, retrouvée morte sur une plage. Pour tenter de lui dire toute la vérité sur cette femme, César tente lui-même de comprendre cet amour qui les emporta, les étourdit et les consumma. Rien, en effet, ne semblait devoir lier César, ce journaliste revenu de tout excepté des marbres antiques et des vestiges de la vieille Europe, et Paz, photographe espagnole ayant le goût du risque et des grands fonds marins. Rien, si ce n'est cet enfant, né de la rencontre entre ces deux caractères opposés mais féconds. Parfois, la vérité jaillit lorsque l'enfant paraît.  

Académique et tourmenté, classique et émancipé, libre et détaché, imaginatif et structuré, Christophe Ono-dit-Biot, incarne ces tensions qui font vibrer une oeuvre romanesque. 

 (1) Plonger, Ed. Gallimard, 441p, 21€  

24/10/2013

Avec Alice Munro, les nouvelles gagnent leurs lettres de Nobel

Le Prix Nobel de Littérature 2013 a été décerné à la canadienne Alice Munro (82 ans), "la souveraine de l'art de la nouvelle contemporaine".

 alice-munro[1].jpgGenre littéraire minoré en France, la nouvelle vient de recevoir ses lettres de noblesse. En consacrant Alice Munro, le jury du Prix Nobel de littérature honore à la fois une femme de lettres et une forme d'écriture différente. L'oeuvre d'Alice Munro illustre à merveille les qualités stylistiques et le sens du récit qu'exige la nouvelle. Tenir ce niveau à longueur de recueil est  un exploit. Autant demander à un champion du 100 mètres de courir dix fois la distance dans le même temps et sans s'essoufler. Depuis son premier livre, La Danse des ombres", publié en 1968, l'écrivain canadienne, aujourd'hui âgée de 82 ans, est la tenante du titre et chacun de ses livres est plébiscité par ses compatriotes.

Lire la suite

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique